Poèmes, Photographies, Infographies, Peintures et Créations de Michèle Schibeny
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michèle Schibeny
Admin


Féminin
Nombre de messages : 5499
Age : 56
Localisation : NEVERS
Emploi/loisirs : Poète, Photo-Infographiste
Humeur : artistique !
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...   Mer 25 Mai - 17:45















LA MAISON MARTIN MARGIELA






Parfum
joaillerie
prêt-à-porter
haute couture

...























Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.forum-actif.net
Michèle Schibeny
Admin


Féminin
Nombre de messages : 5499
Age : 56
Localisation : NEVERS
Emploi/loisirs : Poète, Photo-Infographiste
Humeur : artistique !
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...   Mer 25 Mai - 17:47










Maison Martin Margiela : au-delà de la mode


─ Par Jean Paul Cauvin ─







Depuis la fin des années 1980, le minimalisme a apporté des expérimentations, des réflexions, des visions et un discours autour de la mode et du design en général, parfois pertinents, souvent fragmentaires, toujours intrigants. Une de ses expressions les plus abouties et pérennes s’est exprimée dans une Maison portant le nom de son créateur : Martin Margiela.



Fuyant la gloire personnelle, jouant depuis toujours la carte de la discrétion, voire de l’anonymat, le créateur belge basé à Paris a dévoilé depuis désormais quelque vingt années, une démarche globale tout d’abord mystérieuse - obscure pour certains - autour de la récupération, de la transformation, du trompe-l’œil. Ces verbalisations techniques expriment toujours mal la mesure de la démarche protéiforme qui s’est ici exprimée à travers un apparent dépouillement.



Maison Martin Margiela ne fabrique pas d’abord des vêtements mais organise ses actions en pensant et en donnant à penser autour de l’habillement, de la mode, du textile. La récupération ou le détournement ne sont ici que le chemin : jamais la démarche esthétique n’en fait la destination finale. Il est difficile de rendre compte par des mots ou même d’appréhender via les photos ce que peut déclencher un défilé de la Maison chez un de ses spectateurs en « live ». Où son but se situerait-il ? Voilà l’énigme à laquelle les chroniqueurs de mode sont peu souvent confrontés dans l’exercice de leur métier. Même s’il s’agit d’une collection de vêtements, on sent ici presque toujours que la pensée qui l’a forgée ne s’y épuise pas. Au contraire, elle ouvre pour son spectateur, qu’il soit intrigué ou ébahi, sur une réflexion.



Décrire les pièces vues sur le podium n’est pas ici d’une grande utilité. Il y a même eu ces défilés où la collection était comme un instantané de flagrant délit d’inachevé ou plutôt de « work in progress ». Comme une compensation à tant d’autres qui, ailleurs, s’étaient précipités de finir, de présenter une ligne « aboutie », Maison Martin Margiela ne semble jamais craindre la vérité de l’instant présent. Loin de nier le caractère empirique de sa recherche, elle la met en scène, elle accepte de la figer dans un vêtement qui en prend davantage de dimension encore et exprime une émotion nue.



Se complaît-elle dans cet inachèvement, qui serait la preuve même qu’elle est en marche ? Pas toujours. Souvent des moments de grâce sont venus lors de ces présentations, portés par une perception vierge de tout falbala, de toute notoriété factice, presque neuve, comme venue d’un pays inexploré jusque-là par la mode, et difficile à identifier faute de références passées. Les aspects graphiques de robes tube, les armatures qui créent un nouveau fond de teint textile, les imprimés trompe-l’œil, les semelles ou talons surdimensionnés n’expliquent qu’un aspect de leur vérité. Tout au plus suggèrent-ils.



Car plus qu’à l’intelligence encore, c’est souvent à la sensibilité qu’ils s’adressent. Certains vêtements, comme une ébauche, révèlent selon l’angle sous lequel on les regarde, un autre prisme, jouant sur des proportions différentes à l’avant et à l’arrière, à gauche et à droite, et dans lequel une simplicité qui peut donner la chair de poule apparaît soudain, évidente.



Le romantisme qui peut s’en dégager n’a rien à voir avec l’acception à l’eau de rose de ce terme devenu quotidien. Ce romantisme-ci relèverait plutôt de la force violente des origines du mouvement, entre évolution sur la base des thèses de Rousseau et du Sturm und Drang allemand, loin des interprétations vernaculaires qui se perdent dans les évanescences fleuries imprimées ou dans les extravagances de mousseline.



Affirmer que la Maison exprimerait une version moderniste du romantisme ne conviendrait pourtant guère davantage. Dans ces silhouettes qui n’engloutissent pas le corps mais peuvent le faire disparaître ici, qui n’annihilent pas l’imprimé mais qui en esquissent un fragment là, on dénicherait plutôt des influences de « morphing ». Souvent sans visage, ou le regard masqué, les femmes et les hommes des podiums et des présentations des lignes de la Maison assument leur corps, et le manque de contact avec leurs yeux favorise la prise directe avec le vêtement et son support charnel qui avance, respire, vit.



Accepter ce corps dans toutes ses dimensions conduit même parfois à souligner pudiquement certaines zones connotées de suggestif, voire d’érogène, comme un morceau de voûte plantaire révélé par une sandale à talon. Cependant, le style ne s’attarde pas ici sur le sensuel, il pousse davantage à considérer la vulnérabilité de la chair qu’à solliciter l’instinct ou le désir. C’est sans doute là que repose une des clefs pour approcher la magie de ce travail en constante progression, de ce perpétuel chantier de style à la Margiela, qui a ouvert des perspectives à l’ensemble du design. Sa pertinence vient de l’expression nouvelle d’un humanisme aussi éloigné des chichis délicats que des quelconques barbaries passées ou présentes. Elle touche au métaphysique dans la définition la plus étymologique du substantif : au-delà du physique.

















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.forum-actif.net
Michèle Schibeny
Admin


Féminin
Nombre de messages : 5499
Age : 56
Localisation : NEVERS
Emploi/loisirs : Poète, Photo-Infographiste
Humeur : artistique !
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...   Mer 25 Mai - 17:53













Les lunettes Incognito




Commentaire ironique sur la vie privée et la médiatisation croissante de nos sociétés,
les lunettes Incognito sont tout sauf discrètes.
Immense bandeau encerclant les yeux, elles sont parfois réfléchissantes et
révèlent beaucoup plus qu’elles ne cachent. Accessoire extrême et sans concessions,
elles sont adoptées par les plus téméraires.













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.forum-actif.net
Michèle Schibeny
Admin


Féminin
Nombre de messages : 5499
Age : 56
Localisation : NEVERS
Emploi/loisirs : Poète, Photo-Infographiste
Humeur : artistique !
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...   Mer 25 Mai - 18:01














Recyclage





Soucieuse de montrer des vêtements ayant un vrai vécu, la Maison recycle,
récupère et transforme depuis ses débuts. Margiela est précurseur et
anticipe la folie du vintage. Foulards assemblés en cache cœur,
robes longues 33 tours, tops de céramique brisée, fourrures recomposées ou
capes patchwork faites de morceaux de denim, rien ne semble arrêter l’atelier
dans sa recherche de pièces uniques pour les collections dites « artisanales »,
sublimant les objets du quotidien pour en faire des pièces uniques.













Suréalisme




Imprimés trompe-l’œil, gags visuels et vêtements surprise ont toujours eu leur
place dans l’univers de la Maison. Poils de fourrure imprimés sur du jersey ou
fausses paillettes noires brillant sur de la viscose, Martin s’amuse à jouer avec
notre perception de la réalité. C’est là que s’exprime la belgitude du maître,
mélangeant humour, beauté et absurde. Recherche constante pour l’équipe,
ces pièces posent un défi intellectuel à ceux qui les portent.

















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.forum-actif.net
Michèle Schibeny
Admin


Féminin
Nombre de messages : 5499
Age : 56
Localisation : NEVERS
Emploi/loisirs : Poète, Photo-Infographiste
Humeur : artistique !
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...   Mer 25 Mai - 18:06













L'EXPOSITION MMM














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.forum-actif.net
Michèle Schibeny
Admin


Féminin
Nombre de messages : 5499
Age : 56
Localisation : NEVERS
Emploi/loisirs : Poète, Photo-Infographiste
Humeur : artistique !
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...   Mer 25 Mai - 18:17














Martin existe-t-il vraiment ? C’est la question que beaucoup se posent,
tant l’anonymat du créateur a été préservé depuis ses débuts.
Pas d’interview directe, pas de photos de presse, aucun salut à la fin des défilés.
Margiela brille par son absence médiatique, furieusement caché et donc totalement culte.
Il vivrait aux Seychelles, s’adonnant à la peinture. Vous confirmez ?







Sali, usé, peint, transparent, le blanc est une obsession chez MMM.
Tout commence par l’étiquette vide –un simple rectangle de coton blanc-
et ce parti-pris de créateur refusant la dictature des noms et s’effaçant au profit
de ses vêtements. Les murs blancs de ses boutiques, les blouses de laboratoire du
personnel et l’omniprésence de cette non-couleur dans son univers sont emblématiques.
A la fois clinique et virginal, le blanc est un nouveau départ qui aide la Maison à créer son
langage et rompre avec le passé.














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...   Aujourd'hui à 5:44

Revenir en haut Aller en bas
 
MARTIN MARGIELA ... HAUTE COUTURE ETC ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un tres beau site de broderies Haute couture
» [ORDICA-STORE] Test de l'étui vertical haute couture pour HTC DESIRE
» [ORDICA-STORE] Test de l'Etui Fourreau Vertical Haute Couture pour Samsung Galaxy S2
» Haute couture ...
» Défilé haute couture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE D'AIMER :: LA HAUTE COUTURE-
Sauter vers: