Poèmes, Photographies, Infographies, Peintures et Créations de Michèle Schibeny
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  P E R D U ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michèle Schibeny
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5510
Age : 56
Localisation : LES MAZURES
Emploi/loisirs : Poète, Photo-Infographiste, Peintre
Humeur : artistique !
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: P E R D U ...   Dim 17 Juil - 0:57













Perdu ...





Où mène cette route ? Où se dirige-t-elle et que fait-elle ici ? Pourquoi y suis-je moi,
pourquoi ? Mais Bon Dieu que fait cette route ?
Une sarabande de questions sans réponse logique, sans réponse du tout. Une chose
qui existe dans l'impossible Un fait constaté et invraissemblable. Que fait cette route ?
Car il y a une route, je ne suis pas fou, mon cerveau est capable, est toujours capable
de retransmettre fidèlement les images que mes yeux enregistrent. Une route droite,
faite de larges dalles blanches, une route qui semble toute neuve se perd
dans un lointain incommensurable ...
De larges dalles blanches c'est tout.
Il n'y a rien d'autre.
Rien ne vient border, ni à droite, ni à gauche cet imcompréhensible chemin. Pas un
arbre, pas un objet, aucune chose ni personne.
Une route c'est tout.
Une route dans un vide affreux, dans l'espace, filant ers un but inconnu ...
Droite, propre, silencieuse et sans fin ...



Je marche, marche, marche pour ne rien faire. Que de pas inutiles, de mouvements perdus
sur ce chemin ! Courir, comme je l'ai fait au début, ne servait vraiment à rien. Courir, hurler,
se débattre contre l'impossible ne sert à rien.
Je marche obstinément.
Mécanique de chair aux abois, ridicule petit être rampant sans raison valable, sur une
chose qui n'a pas de raison d'être. Je fixe mes yeux au loin, essayant de deviner,
d'apercevoir un but ou quelque chose qui serait ou qui aurait été ...
Moi, moi tout seul, sur ce chemin infernal, dans ce vide et ce vertige immense qui
m'enveloppe à m'étouffer.
Mes yeux me font mal, s'emplissant de larmes qui créent des images qui ne sont rien. Mes
jambes traînent un corps lamentable, titubant, mal gouverné par un cerveau qui s'enlise.
Avance, avance encore.
Peut-être plus loin est-il ici, ou là, ou bien là-bas ?
NOn ne cherche plus. Tu ne peux rien trouver dans du néant. Et où veux-tu aller ? Où veux-tu
qu'elle aille cette route ?
Tu ne sais pas.
Voilà la raison.
Tu ne sais pas où tu vas. Comment veux-tu que la route sache où te mener ?
Non, ne fais pas cela !
Ne quitte pas, ne retourne pas au départ.
Le départ c'est ici, là, et plus loin et aussi derrière toi ...
Mais ne retourne pas !
Je m'affale dans un épuisement douloureux. Je dois réfléchir à ma situation, essayer de
savoir pourquoi et surtout comment j'en suis arrivé là. Je dois savoir comment.
C'est le seul moyen d'en sortir ...
Il y a combien de temps que je marche, quand ai-je commencé à marcher ?
Depuis toujours, toujours ... Non, mais non !
Réfléchir avec ma pauvre tête, me rappeler.
Me souvenir de quoi ?
Des arbres ...
Des arbres qu'il y a sur les bords des routes, des buissons, des fleurs. Des maisons qu'il y
a sur les bords des rues et des gens qui marchent sur ces rues. Des routes vivantes.
Un monde vivant et réel.
C'est de là que je viens. Je me rappelle lentement des images palpitantes de vie.
Je suis de ce monde.
Comment en être certain maintenant ?



Mon Dieu, ces souvenirs qui refoulent en désordre, magma de pensées, d'images sonores,
d'odeurs imprécises. Des souvenirs trop longtemps contenus par un couvercle de plomb.
Et cela gicle maintenant, en tous sens, par saccades rageuses, par vagues rapides se
détruisant les unes sur les autres. Je saisis au passage un son, une voix murmurante, un
visage surgi de l'ombre, un baiser à peine effleuré. Un paysage indéfinissable, un autre paysage
en surimpression
Une foule de choses qui m'appartenaient et qui s'échappent sans retour.
Je ne peux plus les retenir.
Je n'ai plus le droit d'avoir des souvenirs
Plus rien ne peut m'appartenir ...
Et le puits se vide avec une effrayante rapidité. Et la source va se tarir.
Encore quelques parfums,
Des portraits jaunis,
Un souffle glacé ...

Il ne reste plus rien.




- - - - - - - -



La fusée poursuit sa chute dans l'espace, vers un but bien défini.
Mais la fusée ne connait pas le but à atteindre.
Elle ne sait pas où et quand s'arrêtera sa chute...
La fusée est une chose de métal qui suit une trajectoire que l'homme,
l'homme seul a calculée, réglée, mise au point ...


Et l'homme, dans le sein de la fusée, a perdu sa route...







© Pierre Durand























Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.forum-actif.net
 
P E R D U ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE D'AIMER :: LES NOTES DE VIE DE PIERRE DURAND-
Sauter vers: